“Être Homosexuel N’est Pas Un Crime, Mais Un Péché”, Affirme Le Pape François

Dans une interview à l’agence de presse AP, le pape François a critiqué les lois qui criminalisent l’homosexualité en les qualifiant d’“injustes” et en déclarant que Dieu aimait tous ses enfants tels qu’ils sont...

Dans une interview à l’agence de presse AP, le pape François a critiqué les lois qui criminalisent l’homosexualité en les qualifiant d’“injustes” et en déclarant que Dieu aimait tous ses enfants tels qu’ils sont. Mais même s’il n’a pas reconnu l’homosexualité comme un crime, il l’a tout de même qualifiée de péché. Le pape François a reconnu que les évêques catholiques de certaines parties du monde soutiennent les lois qui criminalisent l’homosexualité ou discriminent la communauté LGBTQ. Cependant, il a attribué ces attitudes à des contextes culturels, et a déclaré que ces évêques devraient suivre un processus de conversion pour reconnaître la dignité de chacun. “Ces évêques doivent réaliser un processus de conversion”, a-t-il dit, ajoutant qu’ils devraient appliquer “la tendresse, comme Dieu l’a fait pour chacun d’entre nous.” Peine de mort Quelque 67 pays ou juridictions dans le monde criminalisent l’activité sexuelle consensuelle entre personnes de même sexe, dont 11 peuvent imposer ou imposent la peine de mort, selon le Human Dignity Trust, qui œuvre pour l’abolition de ces lois. Et selon les experts, même lorsque ces dernières ne sont pas appliquées, elles contribuent au harcèlement, à la stigmatisation et à la violence à l’encontre des personnes LGBTQ. Lois anti-sodomie Aux États-Unis, plus d’une douzaine d’États possèdent encore des lois anti-sodomie en vigueur, malgré un arrêt de la Cour suprême de 2003 les déclarant inconstitutionnelles. Les défenseurs des droits des homosexuels affirment que ces lois archaïques sont utilisées pour harceler les homosexuels et soulignent que de nouvelles lois, telles que la loi “Don’t say gay” en Floride, qui interdit l’enseignement de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre de la maternelle à la troisième année, témoignent de la poursuite des efforts visant à marginaliser les personnes LGBTQ. Protéger les droits de l’Homme Les Nations unies ont appelé à plusieurs reprises à mettre fin aux lois qui criminalisent purement et simplement l’homosexualité, affirmant qu’elles violent les droits à la vie privée et à la liberté de ne pas subir de discrimination. L’organisation avance également que ces lois constituent une violation des obligations des pays en vertu du droit international de protéger les droits de l’Homme, quelle que soit l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. “Nous sommes tous des enfants de Dieu” Déclarant ces lois “injustes”, le pape a déclaré que l’Église catholique peut et doit œuvrer pour y mettre fin. “Elle doit le faire.” Ce dernier a également cité le Catéchisme de l’Église catholique en disant que les personnes homosexuelles doivent être accueillies et respectées, et ne doivent pas être marginalisés ou discriminés. “Nous sommes tous des enfants de Dieu, et Dieu nous aime tels que nous sommes et pour la force avec laquelle chacun d’entre nous se bat pour sa dignité”, a déclaré François, s’adressant à l’AP dans l’hôtel du Vatican où il vit. Ce n’est pas un crime, mais un péché Mais dans son interview, le pape François a toutefois déclaré qu’il fallait faire la distinction entre un crime et un péché en ce qui concerne l’homosexualité. Tentative d’ouverture L’enseignement catholique considère que si les personnes homosexuelles doivent être traitées avec respect, les actes homosexuels sont “intrinsèquement déviants”. Le pape n’a pas modifié cet enseignement, mais il a fait de l’ouverture à la communauté LGBTQ une caractéristique de son pontificat. Depuis sa célèbre déclaration de 2013, “Qui suis-je pour juger?”, lorsqu’il a été interrogé sur un prêtre prétendument gay, François a continué à s’occuper publiquement et à plusieurs reprises de la communauté LGBT. En tant qu’archevêque de Buenos Aires, il a favorisé l’octroi de protections juridiques aux couples de même sexe comme alternative à l’approbation du mariage gay, que la doctrine catholique interdit. “Dieu ne peut pas bénir le péché” Malgré cette ouverture, ce dernier a été critiqué par la communauté catholique LGBTQ pour un décret du Vatican datant de 2021, selon lequel l’Église ne peut pas bénir les unions homosexuelles “car Dieu ne peut pas bénir le péché”. En 2008, le Vatican a refusé de signer une déclaration des Nations unies appelant à la dépénalisation de l’homosexualité, se plaignant que le texte dépassait le cadre initial et incluait également des termes relatifs à l’”orientation sexuelle” et à l’”identité de genre” qu’il jugeait problématiques. Dans une déclaration faite à l’époque, le Vatican avait exhorté les pays à éviter toute “discrimination injuste” à l’encontre des homosexuels et à mettre fin aux sanctions à leur encontre.
Read more

saqibalich

239384 Blog des postes

commentaires